Sunday, June 22, 2014

save the date : September 20th


Here is the update regarding the September 20th event

Some of you might be familiar with the "Promenade des artistes" event, which had been organized by Westchester Accueil for the last 13 years and did not in 2014
Our aim was to perpetuate the tradition 

We have adopted a new name for our Art event: ”The Art Promenade” .

Please discover it at :


Tuesday, June 17, 2014

MAPSpace is excited to launch its fifth residency.....


source: http://mirandaartsprojectspace.com/residency-program/residency-application-info
MAPSpace Residency
The residency application process for the upcoming residency is now open!
Deadline June 30, 2014
Notification July 15, 2014
Residency dates: August 16- September 13, 2014
(Dates may vary slightly if necessary)

Residency is free. No application or fees of any kind. 

This is a studio/workspace residency for collaborative artist teams (2+) lasting 3-4 weeks. Residency culminates in an exhibition, performance or event in same space. Artist teams take over the gallery space as a studio work space to create a unique work(s). 
The space may be open to the public at agreed to times during the residency at the discretion of the artists and the gallery. 

Work should be collaborative and created in the time and space of the residency. It can be traditional, conceptual. site-specific, community-based, interactive, performative, interdisciplinary, object-based or a combination- all forms will be considered. Quality of project is the primary criteria. Consideration of the surrounding community is given extra consideration. This is not a community project- residents do not have to directly engage the public unless this is a natural part of their project.

This is a NO LIVING- workspace only- residency. Artists are responsible for room and board, so artists from the local area are given extra consideration. Artists are expected to be present and working in the space 15-20 hours (flex & approx) per week during the residency.

Gallery supplies 24/7 access space; free wifi; access to some basic tools if arranged; basic support from staff; publicity; cards etc for the residency and event; and all party planning and refreshment–only. All materials, supplies, technology including computers, food etc used by artists is the responsibility of the artists with exceptions considered during the residency.

Artists supply all  travel costs and materials, including art supplies, computer, projector or monitor needs for exhibition if necessary. The budget is just a basic guide to show readiness and ability to execute project fully, and will not be considered set in stone. The gallery will offer as much support as we can, but does not supply any cash funds for materials of any kind.
Miranda Arts Project Space is a loft in a 100 yr. old factory building with wood floors, 12-14 ft ceiling with some piping above. 16' wide by 40' long with a walled–off office within the back of this space. Download floor plan by clicking on pdf symbol at top right of page.

The Gallery is one block from the metro-north train station, Port Chester stop on the Stamford local train. See info page for more about Port Chester. 

Application accepted until June 30.
Artists will be notified by July 15.
Send the following information in exactly the format stated below.
Previously awarded artists are not eligible at this time. Previous applicants are encouraged to submit again each cycle. We keep work on file and may review prior applications. 

Submissions must be emailed to MAPSpaceAPP@gmail.com ONLY. 
Submissions emailed to other addresses will not be considered. 

Files should be zipped and emailed directly, or through free service like www.hightail.com if files are large.
Send all documents in one file as zipped attachment. Please do not send multiple emails- all info should be sent in one package.

From the team:
1. Proposal: 1 page max describing intended project, including conceptual idea, material processes and fabrication plans. Only fully explored ideas will be considered, however it is understood that project may evolve and change over the course of the residency. One proposal per group.

2. (optional) Projected fabrication plans and/or provisional budget if needed. 

From each artist in team:
1. 10 images of recent work (last 2 years) from each artists and/or proposed work. JPGs no larger than 1 MG each.
2. cv from each artist
3. Artist statement from each artist
4. Image list with title, year, medium, size
5. link to website if applicable

Make sure all files are labeled as stated below. Include name and email within body of each page of each document. Files or docs with no name or incorrect info will be discarded.

lastname_firstname_proposal
lastname_firstname_cv
lastname_firstname_imagelist
lastname_firstname_budget
lastname_firstname_01, 02, 03 etc.

Email Submissions to MAPSpaceAPP@gmail.com ONLY. Submissions emailed to other addresses will not be considered. Digital submissions only.

Friday, June 13, 2014

Save the date FIAC in PARIS and lots of information



FIAC’s 41st edition will be held in Paris from Thursday October 23rd to Sunday October 26th. The preview will take place on Wednesday, October 22nd.
FIAC 2014 will bring together over 185 galleries from 26 countries at the Grand Palais. The Nave and the Salon d’honneur will welcome galleries specialized in modern and contemporary art. The three exhibition galleries situated on Level 1 will present international contemporary art along with emerging trends.
FIAC and the Galeries Lafayette group are proud to announce the 6th consecutive edition of the Lafayette Sector, an ongoing programme launched in 2009 in the context of FIAC's partnership with the Galeries Lafayette group, Official Sponsor of FIAC. This programme underlines the joint desire of FIAC and theGaleries Lafayette group to provide tangible support to the actors of the emerging art scene in its international dimension. The Lafayette Sector provides financial support to 10 French and international galleries representing emerging artists at FIAC. The 2014 jury was formed by Guillaume Houzé (Head of Corporate Patronage and Image at the Galeries Lafayette group), Florence Bonnefous (Air de Paris, Paris), Francesco Stocchi (Museum Boijmans Van Beuningen , Rotterdam) and Scott Cameron Weaver (Curator KUB Arena, Kunsthaus Bregenz).
FIAC reinforces its identity by occupying venues of unrivalled prestige in the heart of Paris. FIAC's signatureHors les Murs projects welcome more than 500 000 visitors annually and receive sustained attention from the art world, together with national and international media coverage.
In 2014, outdoor artworks will be presented in the Domaine national du Louvre et des Tuileries, at theMuséum national d’Histoire naturelle & Jardin des Plantes and on the Place Vendôme. FIAC is also proud to develop its Hors les Murs programme on the left bank of the Seine, in collaboration with the Ville de Paris and its flagship project, les Berges de Seine.
FIAC will pursue its performance programme with Ouvertures/Openings, conceived and produced in collaboration with the Louvre Museum, and In Process, initiated in 2013 and co-curated by Mehdi Brit. Artists’ films will be screened at the Cinéphémère thanks to the support of the Fondation d’entreprise Ricard, at theAuditorium of the Grand Palais in collaboration with MK2 and at the Silencio, the nightclub imagined by David Lynch.
Again this year, a large number of major events will surround FIAC’s 41st edition.
Closed for a major architectural transformation since 2011, La Monnaie de Paris will inaugurate their newly-renovated space, and festivities for the 30th anniversary of the Fondation Cartier are scheduled throughout FIAC week. After 5 years of renovation, the Musée Picasso will reopen to the public.
In terms of exhibitions on view in major Parisian institutions, the cultural agenda boasts an exciting roster.
The Centre Pompidou will present exhibitions of Marcel Duchamp, Robert Delaunay, Frank Gehry and a new display of its contemporary collections. Palais de Tokyo will host the group exhibition “Inside,” which will open the week of FIAC. The Musée d’art moderne de la Ville de Paris will organize the retrospectives of Sonia Delaunay and David Altmedj. At the Jeu de Paume, Garry Winogrand will be the focus, with a major retrospective. Nikki de Saint-Phalle will be exhibited at the Grand Palais and the Musée du Luxembourg will pay homage to Paul Durand-Ruel. In the superb gardens of the Musée Rodin, the artistic duo Dewar & Gicquel will present in situ sculptures and installations. The Institut du monde arabe (IMA) will exhibit the largest multidisciplinary event ever held in France of contemporary Moroccan art, the main comp onent of the programme being a large-scale exhibition.
Near Paris, South-Korean artist Lee Ufan will be this year’s guest of honour at the Château de Versailles. MAC/VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne will devote its exhibition rooms to the artist Tania Mourand. At the Centre Pompidou-Metz, Shigeru Ban’s architectural masterpiece (Pritzker Prize laureate 2014) will house the exhibitions “Beacons” in the Grande Nef, and the exhibitions “1984-1999. The decade” and “Simple Shapes” in the galleries of the upper floors.
FIAC week is also an opportunity to discover many private collections.
Among others, la maison rouge - Fondation Antoine de Galbert will host the collection of Bruno Decharme, and the Hippocrène Foundation will present a selection of works from the David Robert Art Foundation.

Monday, June 9, 2014

Information a propos de LARGENTIERE

http://www.patrimoine-ardeche.com/visites/largentiere.htm

LE CHÀTEAU

Accueil des membres de la Sauvegarde dans la cour supérieure du château par les représentants de l'Association pour la sauvegarde du patrimoine de Largentière, dont Josette Mirabel vice-présidente et organisatrice de l'exposition « 1 000 ans d'histoire », J.-F. Cuttier qui nous souhaite la bienvenue au nom de la municipalité et Valérie Jugnon qui nous présente le château et retrace son histoire, étroitement imbriquée à celle de la ville.
La cité, qui a conservé une grande partie de son architecture médiévale, est enserrée en rive droite de la Ligne, dans une boucle de la rivière et installée en fond de vallée sur l'emplacement des principales mines anciennes de plomb argentifère. D'abord nommée Ségalières, la ville est née des premières exploitations minières, à une époque mal déterminée mais qui ne remonte peut-être pas au-delà du XIe siècle. Le château est implanté à mi-pente, sur la même rive que le bourg qu'il domine, et à proximité immédiate d'une importante mine médiévale, connue sous le nom de « Baume de Viviers ». Construit à la pointe d'un éperon surplombant la rivière, le château pouvait ainsi contrôler le chemin de Tauriers et plus largement les accès nord vers Jaujac et la Souche ou Valgorge.
Largentière : le château
À l'origine, la tour carrée dite « Argentaria » élevée au XIIe siècle par les évêques de Viviers pour à la fois protéger l'exploitation, mettre en sécurité l'argent tiré des mines et aussi affirmer leur propre revendication sur ce revenu attractif face aux prétentions concurrentes d'autres seigneurs, en particulier les puissants comtes de Toulouse dont la forteresse rivale de Fanjau surplombait la ville en rive gauche. Cette tour « argentière » donnera son nom à la ville devenue l'Argentière.
On peut distinguer plusieurs étapes dans la construction du château :
- la tour « argentière » dont l'existence est attestée en 1210 par un accord entre l'évêque et le comte de Toulouse, devenue par la suite le donjon du château. Cette tour romane se caractérise par ses murs de trois mètres d'épaisseur appareillés en moellons à bossage, par l'absence de toute ornementation extérieure hors une arcade en plein cintre. L'accès se faisait uniquement au premier étage dont le sol reposait sur une voûte, les étages supérieurs à l'origine sur plancher étant reliés entre eux par un escalier à vis dans l'épaisseur du mur. À son sommet, à plus de 30 mètres, une toiture surbaissée à quatre pans surmontait de larges baies.
- une seconde tour est construite à côté(sud) de la tour argentière au début du XIIIe siècle par le comte de Toulouse, dont ne subsiste aujourd'hui que le soubassement, en forme de terrasse semi-circulaire en avant de la cour supérieure. Cette tour était liée à une première enceinte enserrant le donjon épiscopal. À la même période deux autres co-seigneurs, Adhémar de Poitiers et Bermond d'Anduze, élèvent deux tours rondes à l'est. Ces deux tours se trouvent alors en avant de l'enceinte castrale dont elles protègent l'accès. Après la fin de la croisade des Albigeois qui soumet le comté de Toulouse au pouvoir du roi de France, l'évêque de Viviers demeure seul possesseur des mines et de l'ensemble castral.
Largentière : le châteauLargentière : le château, escalier extérieur
- les évêques Jean de Montchenu et Claude de Tournon renforcent l'enceinte et agrandissent le château à la fin du XVe siècle, comme en atteste l'inscription datée 1481 qui attribue cette réalisation à « Me Renaud et ses compagnons ». Ils intègrent à l'enceinte fortifiée les deux tours jumelles qui surplombent désormais la porte principale, construisent le corps de bâtiment dit « tour pentagonale » qui relie ces tours au donjon. Si la structure est complexe l'ensemble se présente désormais comme un château unique. L'autonomie est accrue par un puits creusé jusqu'au niveau de la rivière.
Largentière : le château - exposition 'mille ans d'histoire'
Exposition « 1 000 ans d'histoire  » (Cliché J.-F. Cuttier)
Largentière : le château - exposition 'mille ans d'histoire'
- après une longue période d'abandon qu'avaient précédé les guerres de Religion, le marquis de Brison rachète en 1716 le château aux évêques de Viviers. Ceux-ci vont employer les 144 000 livres provenant de la vente à l'édification de leur nouveau palais épiscopal (l'actuel hôtel de ville de Viviers). Brison remet en état et transforme l'ancienne construction médiévale en une moderne demeure seigneuriale dotée de tous les aménagements l'autorisant à recevoir selon son rang et permettant à sa famille de vivre confortablement : l'enceinte basse est transformée en un perron doté d'un double escalier monumental, deux étages sont élevés au-dessus de l'ensemble reliant les tours jumelles au corps principal et entre elles, la façade principale est transformée et cadencée de larges baies qui éclairent de vastes pièces de réception. Des terrasses sont construites, des jardins agencés, une allée de marronniers permet aux voitures d'accéder de la ville à la cour supérieure, on perce dans son prolongement la route de Tauriers.
- la Révolution et l'Empire vont transformer le château en tribunal et prison, ce qu'il restera jusqu'en 1847, ses propriétaires revenus après la Restauration le louant à cet usage. Si cette période comporte peu de modifications architecturales, elle voit la dégradation progressive de l'ancienne demeure.
- la ville de Largentière rachète en 1847 le château pour en faire un hôpital. Le bâtiment est agrandi en 1858 par l'élévation de deux étages supplémentaires, d'abord couverts d'une terrasse, puis finalement d'une toiture qui englobe et recouvre le donjon. Celui-ci disparaît alors à toute vue extérieure. Plus récemment des bâtiments annexes sont accolés au château le long de la route de Tauriers et des balcons en ciment ajoutés à la façade sud-ouest la défigurent.
- après avoir pendant 140 ans hébergé son hôpital, le château a été depuis quelques années restitué à la commune, mais les transformations subies, le manque d'entretien qui a précédé la fermeture de l'hôpital et une temporaire utilisation par le lycée hôtelier avant transfert dans ses nouveaux locaux, en ont largement dénaturé l'intérieur et l'une des façades et rendent actuellement la visite problématique. La commune s'est engagée dans une restauration progressive des parties les plus accessibles, mais il faudra quelques années pour y parvenir, avec en préalable la réfection de la toiture principale très dégradée. Quelques salles sont toutefois ouvertes, l'été surtout, dans le cadre d'animations médiévales.
La visite s'est, dans ces conditions, limitée aux deux anciennes salles de réception en façade principale, dont celle du premier étage abritant l'exposition « 1000 ans d'histoire » qui résume de manière très documentée l'histoire de Largentière et donne accès à l'intérieur du donjon. Et s'est conclue, pour ceux qui souhaitaient profiter du soleil, par un déjeuner rustique pris sur la terrasse de la cour basse.
Jean-François Cuttier
Compte rendu de la visite de la Sauvegarde du 13 juin 2009 à l'occasionde la Journée du Patrimoine de Pays


L'ÉGLISE

Les toits de Largentière et le clocher

Alors que les orages se déchainent à nouveau, c'est la trés vaste église de Largentière qui accueille les participants. M. Robert Saint-Jean au cours d'un exposé passionnant va présenter cet édifice.
Il est fait mention d'une église ou chapelle à Largentière à la fin du XIle siècle. Église certainement trés modeste au départ, mais qui va être reprise et construite sur des dimensions imposantes : église à trois nefs commencée certainement à la fin du XIIe.
Deux documents mentionnent l'église Beata Maria de Pomeriis.
Façade occidentale de l'église de Largentièr
Façade occidentale de l'église de Largentière
La légende veut que l'église était primitivement prévue sur la colline de Fanjau à l'emplacement présumé d'un temple paîen : chaque jour les outils se trouvaient miraculeusement transportés à l'emplacement actuel de l'église sous un pommier. Mais il semble plus probable que Pommier vient de pomoerium :espace consacré autour des remparts sur lequel il était interdit de bâtir. Or l'église est adossée aux remparts et a fait partie de l'enceinte fortifiée.
Le début du XIIIe siècle (vers 1210-1214) est une période décisive pour le devenir de la province du Languedoc ; se succèdent en effet la croisade contre les Albigeois, la dépossession des comtes de Toulouse et la prééminence des évêques de Viviers.
Nous trouvons dans cette église beaucoup de détails et de réminiscences romanes : si vous observez les piliers à droite et à gauche du chœur, les chapiteaux sont des chapiteaux romans : feuilles d'acanthe plus ou moins transformées, piliers posés sur des soubassements carrés.
Angle nord-est de l'église
Angle nord-est de l'église
Mais nous sommes à une période où le comte de Toulouse va être dépossédé de tous ses fiefs (traité de Paris 1229), remplacé par la main-mise du pouvoir capétien sur les mines de Largentière et un peu plus tard sur tout le Vivarais.
L'art gothique arrive avec les Capétiens, car l'art gothique est un art d'importation et on va modifier la construction de l'église, non pas dans son plan, mais dans son architecture : croisées d'ogives au lieu de voûtes romanes, chapiteaux caratéristiques de la première période gothique.
Mais cependant on a conservé dans cette église la tradition romane : pas de fenêtres, pas de vitraux. On a terminé cette église avec des voûtes à croisées d'ogives mais dans la tradition méridionale des églises assez obscures. De plus, il faut noter que ce monument a été construit à une époque particulièrement troublée et les questions de sécurité étaient primordiales.
Cette église, dès le plan primitif, était prévue à trois nefs, or il ne s'agit pas d'une église monastique, mais d'une simple église paroissiale ; il faut voir dans ce projet ambitieux la volonté de faire état de la richesse de celui qui fait construire ce monument : Largentière est riche de ses mines d'argent ; ses possesseurs, comte de Toulouse, évêque de Viviers, consuls, veulent que ce monument symbolise la richesse de la cité.
Portail méridional

Portail méridional
Sculptures à la base des voussures du portail
Sculptures à la base des voussures du portail
Ce monument évoque donc la période transitoire entre deux souverainetés : les Capétiens succédant aux comtes de Toulouse et l'art gothique remplaçant le roman. Les clés de voûte en sont un témoignage : celle du chœur est marquée du blason du comte de Toulouse, donc nous sommes avant 1229, tandis que sur la clé de voûte de la nef latérale nord se trouve le blason de France : écusson de saint Louis semé de trois fleurs de lys, blason ancien, armoiries des premiers Capétiens ; cette travée a donc été édifiée quelques années aprés la précédente.
Il semble donc que la construction de ce monument ait été rapide, commencée sans doute dans les dernières années du XIIe siècle, elle a été terminée vers 1240-1250.
Chaire de 1490
Chaire de 1490
Il y eut certaines adjonctions plus ou moins heureuses au cours des siècles ; les deux chapelles placées au fond des deux nefs latérales auraient été construites en 1307 par l'évêque Louis de Poitiers ; la chapelle de la Sainte Vierge a été fondée en 1519 par Pierre Allamel ; les deux chapelles nord sont du XIXe siècle. La flèche gothique date de 1868 ; elle a remplacé la tour carrée de l'ancien clocher, lequel avait lui-même remplacé le clocher primitif formé d'un mur percé de trois arcades. M. le curé Léorat (curé de Largentière de 1848 à 1877) a aussi fait ouvrir la grande porte ouest et construire la tribune.
Mais ces adjonctions ne modifient guère le plan primitif de l'édifice qui nous est pratiquement « livré » tel qu'au XIIIe siècle les architectes l'avaient conçu. En effet beaucoup d'églises de cette époque ont eu à souffrir des guerres de Religion, mais celle-ci a été épargnée ; en 1562 les protestants ont incendié et détruit le riche couvent des Cordeliers situé à 200 mètres de l'église et cela suffit à marquer leur pouvoir.
Il faut noter encore le sarcophage qui se trouve au fond de l'église : découvert en 1953 dans le cimetière actuel, sur l'emplacement du couvent des Cordeliers, il semble contemporain de la création de ce couvent sans doute au XIIIe siècle.
Pour terminer, j'attire votre attention sur la chaire de cette église provenant du couvent des Cordeliers ; une inscription en langue romane situe parfaitement son ancienneté , en voici la traduction : « l'an 1490 et le V octobre moi Pierre Garnier de Coulens ai donné cette chaire au couvent des Frères Mineurs de Largentière  ».
Cet exposé magistral fut trés applaudi et permet d'avoir une idée précise de l'ancienneté de ce monument.
Plan de l'église
Plan affiché dans l'église (2010)
Compte rendu d'une visite de la Société de Sauvegarde (1990)


VISITE DE LA VILLE

Largentière : Porte des Récollets
Porte des Récollets
Descendons maintenant les rues de Largentière jusqu'à la porte dite « des Récollets », qui date de 1507. On remarque au passage de nombreuses belles maisons, dont les façades, débarrassées des enduits plus ou moins lépreux, ont partout laissé apparaître de beaux appareils de pierres de grès, des arcades, des fenêtres à meneaux ainsi que d'élégantes portes. Les dates relevées sur ces façades : 1805, 1820, 1830, sont cependant trompeuses et jurent visiblement avec leur architecture ; il s'agit en fait des dates de réaménagement de ces immeubles lors de l'accroissement de familles particulièrement prolifiques : huit à dix enfants étaient le lot de beaucoup d'entre elles et, vers cette époque, on dénombrait,intra muros, plus de cinq cents feux (foyers).
La rue de la Ligne était la principale de Largentière, par où transitait tout le trafic de charrettes avec les encombrements que l'on devine vu sa faible largeur, qui n'était rien au regard de l'étroitesse des ruelles qui s'en détachent de part et d'autre et où l'« on ne pouvait pas tenir un parapluie ouvert » (sic). C'est pourquoi, au xviiie siècle, on créa - non sans grandes difficultés, à cause des chutes de pierres - le Chemin Neuf, qui emprunte la rive gauche de la Ligne et ne fut achevé qu'en 1778. Une halte à l'hôtel-de-ville établi dans une de ces belles demeures anciennes, pour admirer le célèbre bas-relief des Batteurs d'Argent, puis nous gagnons la place couverte et ses arcades. Jadis, les halles, détruites en 1840, en occupaient le centre. Signalons encore l'ancien hôtel de Geoffroy de Valgorge, qui loge actuellement la poste, après avoir abrité, en 1785, la dernière réunion des États du Vivarais. Citons encore les vestiges d’un canal alimentant un ancien moulin, dit « de la Charité » (en raison des aumônes qui y étaient faites aux pauvres et aux étrangers), sur l’emplacement duquel une maison, portant la date de 1821, fut celle d’un ancien conventionnel et la maison de Rochemure, dans laquelle fut reçu le brigadier Julien venu réprimer le soulèvement des camisards.
Largentière : la rue de la Ligne
Rue de la Ligne (actuellement, rue Jean-Louis Soulavie)
Largentière, Place couverte
Place couverte (actuellement, place Paul Mercier)
Extrait du compte rendu de visite de la Sauvegarde du 22 octobre 1978.

POUR POURSUIVRE LA VISITE DE LARGENTIÈRE

Friday, June 6, 2014

L ardeche en Occitanie? ..et oui..et plus...Merci Wiki..


Le domaine occitan[modifier | modifier le code]

Carte des dialectes occitans et des régions administratives actuelles
  • Aquitaine : sauf la partie bascophone des Pyrénées-Atlantiques à l’ouest du département et une petite partie de la Gironde et du Périgord en zone d'oïl.
  • Auvergne : le Forez et la Basse-Auvergne ont connu un recul de l’occitanophonie, à la différence du Cantal, de la Haute-Loire et de la Lozère où la langue est encore parlée par une partie de la population96.
  • Calabre : La commune sud-italienne de Guardia Piemontese, situé dans la province de Cosenza, est une enclave linguistique. Un dialecte occitan de type vivaro-alpin, qui se nomme le gardiol97, est encore usité dans cette commune. 74,6 % de ses habitants déclarent le parler couramment98. Sa présence est due à la fondation de ce village par des Vaudois piémontais99 au xiiie siècle qui importèrent en ces lieux l’occitan100. Le village de San Sisto dei Valdesi, fraction de la commune actuelle de San Vincenzo La Costa est un ancien village vaudois qui tente de réactiver l’usage de l’occitan101. Dans la province de Cosenza, d'autres zones ont aussi été peuplées par des occitans vaudois102 tels que Montalto UffugoSan Vincenzo La Costa et Vaccarizzo.
  • Catalogne: on parle une forme du gascon, l’aranais dans le Val d'Aran. L'occitan, dans sa forme aranaise, est une langue officielle de la région, au même titre que le catalan.
  • région Centre : une zone en bordure sud de la région. Voir l'article le Croissant (lo Creissent en occitan).
  • Languedoc-Roussillon : à l’exception de la majeure partie des Pyrénées-Orientales, où l’on parle catalan (seul le Fenouillèdes est occitan). La langue est très affaiblie dans la plaine mais se maintient dans les Cévennes gardoises (autour d’Alès), en Lozère (avec le parler gévaudanais), et dans le département de l'Aude, précisément dans lesCorbières.
  • Ligurie : une zone en bordure ouest de la région.
  • Limousin : l’occitan est parlé dans toute la région par les gens de plus de 40 ans, la langue trouve un nouveau souffle avec la formation de professeurs d’occitan, mais les jeunes générations ne sont que peu intéressées[réf. nécessaire]
  • Poitou-Charentes : le recul de l’usage de l’occitan a été brutal juste après la guerre de Cent Ans, particulièrement dans le sud de la région (voir les dialectes du Nord-Ouest). Le tiers Est de la Charente dont laCharente limousine et cinq communes du département de la Vienne103 sont toujours occitanophones.
  • Midi-Pyrénées : la langue est très affaiblie dans la partie languedocienne, menacée dans la partie gasconne, mais beaucoup de jeunes Gascons la reprennent. Elle se maintient particulièrement bien[pas clair] enHaute-Guyenne (c’est-à-dire l’Aveyron et la moitié nord du Lot).
  • Monaco : une forme d’occitan, italianisé, a été parlée marginalement par les ouvriers nissophones venus travailler en Principauté, à côté du ligure monégasque104. L'éventuelle présence de l'occitan avant cette époque est débattue. En 2006, la proportion de locuteurs du niçois, une variante de l'occitan, était évaluée à 15 %1.
  • Piémont : région italienne dont seules les hautes vallées (Val de Suse…), dites vallées occitanes sont restées occitanophones (nord-occitan). Le versant italien du col de Tende parle provençal. Dans la plus grande partie de la région, on parle cependant italien, piémontais ou lombard, des parlers gallo-italiques.
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur : dans cette région on parle le provençal (rhodanien, le maritimeniçart) et le vivaro-alpin (classé par certains dans le provençal). Cependant dans les hautes vallées de la Roya et de la Bévéra on parle des dialectes ligures alpins. À noter aussi quelques isolats ligures (figoun) qui se trouvent dans le Var et dans les Alpes-Maritimes : Biot, Vallauris, Mons et Escragnolles. Le mentonasque a un statut intermédiaire entre l'occitan et le ligure.
  • Rhône-Alpes : le sud de la région est occitanophone : l'Ardèche (dans sa quasi-totalité), la plus grande partie de la Drôme et le sud de l'Isère. En revanche, le Lyonnais, le Forez et le Dauphiné septentrional qui étaient des zones de parlers intermédiaires entre l'occitan et le francoprovençal sont devenues francophones précocement. L’occitan fut la langue de la noblesse lyonnaise lors de l’apogée de la culture des troubadours.